Keto Alfajores, Dulce de Leche et bavardages de La Paulina

Aujourd’hui je suis très heureuse de vous partager deux recettes en une. Je m’explique. Ceux qui me suivent sur Instagram (@lapaulinaa) connaissent l’existence de mon petit carnet dans lequel je note toutes mes recettes. Comment je procède ? En réalité quand une idée me traverse l’esprit, et croyez moi en matière de cuisine, ça fuse, je saisis mon cahier et j’écris le titre, sans pour autant détailler, ni les ingrédients, ni les étapes. Vous trouverez ainsi le nom de spécialités des quatre coins du monde que je souhaite un jour adapter en version cétogène.

ALERTE BAVARDAGES !

J’allais tranquillement vous retranscrire la recette quand je me suis un peu emballée à vous raconter un petit bout de vie, alors passez cette étape et rejoignez-moi aux ingrédients si vous n’avez que faire des aventures cétos de La Paulina 😉

S’il y a une douceur que je rêve de recréer depuis des mois, ce sont bien ces fameux biscuits argentins que j’ai découverts (sans les goûter, je précise) lors de mon incroyable voyage en Amérique latine en octobre 2018 : les alfajores.

A cette époque, déjà cétogène depuis 1 an et demi, j’avais observé ces gourmandises en me disant qu’effectivement le mariage devait être incroyable : deux biscuits sablés réunis en sandwich autour d’une couche de « dulce de leche » et dont les côtés étaient enrobés de noix de coco râpée … divin ? diabolique ? A vous d’en juger !

Ma version céto

Grâce au confinement (oui il faut positiver) et surtout au fait que je sois en vacances depuis quelques jours, j’ai un peu de temps pour m’attarder sur la question du coeur de mes biscuits. J’ai déjà une idée précise de la partie gâteau, mais pour ce qui est du fourrage je sens qu’il va me falloir plusieurs essais…

Mais attendez, j’oubliais de vous demander, connaissez-vous le « dulce de leche » dont il est question ? Non ? Tant mieux alors, votre glycémie vous remercie. Ce n’est ni plus ni moins qu’un caramel de lait … oui oui … la technique classique est celle de la boîte de lait concentré sucré plongée dans une casserole d’eau bouillante durant 2h … vous vous retrouvez alors avec une sorte « confiture de lait » comme diraient les français, clairement un caramel à tartiner … les brésiliens aussi en raffolent, « doce de leite ninho » … le diabète a de beaux jours devant lui, moi je vous le dis !

En tout cas chez nous c’était l’un des plaisirs coupables de mon cher père, de ma gourmande de soeur et de mon chéri ! Dieu merci, depuis plus de 2 ans, ils ont aussi divorcé avec le sucre. Je rêve alors de leur trouver une alternative à cette sucrerie. Car non le cétogène n’est pas un mode de vie fade où nous sommes condamnés à ne manger que des oeufs et du fromage sans ne jamais plus prendre plaisir à déguster des desserts ou de délicieux goûters !

Chez nous, la pâtisserie cétogène est synonyme de retrouvailles, de partage et de convivialité et nous n’avons aucunement envie de nous défaire de ces moments festifs si rares et si précieux. Et oui vous le savez peut-être déjà, mais j’habite à 600 km de mes proches … alors croyez-moi à Noël nous mangeons une bûche comme tout le monde, à Pâques un dessert de fêtes, en été de délicieux sorbets ou encore des cheesecakes frais et fruités, et à l’automne je souffle mes bougies sur un énorme gâteau (au chocolat). Ce sont autant d’occasions qui me permettent d’être créative et d’avoir pour seul objectif de ravir les papilles des personnes que j’aime le plus au monde !

Pourquoi je m’étale sur le sujet ? Bon déjà j’adore bavarder et là autant dire que mon ours dort encore, que le confinement commence à durer et que justement je devrais être avec ma soeur à cette heure-ci … et puis surtout depuis bientôt deux semaines vous êtes nombreux à avoir commencé l’aventure cétogène. Vous avez alors lu un peu partout qu’il était nécessaire de changer ses habitudes, de passer par une étape sevrage … et en parallèle vous voyez des substituts et des recettes « sucrées » fuser dans tous les sens. Je me sens alors un peu obligée de faire un point là-dessus. Je n’ai réalisé aucune pâtisserie durant les quatre premiers mois, la première fois a été le cheesecake d’anniversaire de ma soeur pour ses 21 ans. Auparavant je n’avais eu ni l’occasion ni l’envie de me mettre aux fourneaux. Et si aujourd’hui vous voyez tant de recettes « sucrées » c’est parce que revisiter un steak me transcende moins que de vous proposer une viennoiserie sans sucre 😉 les choses sont claires les amis ? Oui vous devez passer par un « sevrage » si et seulement si, vous avez un problème relationnel avec le sucre. Moi je n’ai jamais eu de souci de ce côté là, ce n’était pas le sucre le coupable mais bien mon rapport à l’alimentation de manière générale.

De plus (et après on passe aux choses sérieuses), après trois ans d’alimentation cétogène, 12 kilos de perdus au compteur, deux tailles de vêtements en moins, la taille plus fine qu’elle ne l’a jamais été, des analyses sanguines annuelles parfaites et des soucis de santé en voie de guérison … j’estime que je n’ai de comptes à rendre à personne et encore moins à cette « keto police » qui telle une gestapo du gras viendrait nous taper sur les doigts dès qu’on mange un bout de chocolat ! Alors ciao les collabos ! Bienvenue aux petits nouveaux, j’espère que mes recettes vous font plaisir et vous permettent de partager de bons moments avec vos proches. Et si vous n’êtes pas encore « prêts » à réaliser des desserts alors soyez simplement rassurés par le fait que oui c’est possible de pâtisser sans sucre et sans gluten, si un jour vous le souhaitez 🙂

Aaaaah ça fait du bien !

On en était où déjà ? Ah oui ! Le « dulce de leche » ce sheitan de la cuisine cétogène, ce caramel gourmand et collant, sucré et gras à la fois, le diable en personne … hmmmmmmm 😉 Je devais donc pour réaliser mes alfajores commencer par trouver la recette parfaite de cette crème. Le Dieu du cétogène m’a entendue et il a mis sur ma route un ange, ma belle Laura !

Cette adorable chilienne expatriée à quelques minutes seulement de chez moi, a relevé le défi de proposer une « sucrerie » de son pays. C’est sur sa page instagram que vous retrouverez dans l’onglet « IGTV » le tutoriel pas à pas de sa version du « manjar » (nom chilien de ce caramel à la crème ).

J’ai testé sa version avant de chercher à en créer une, et autant dire que je ne vois aucun intérêt d’essayer derrière elle … sa version est PARFAITE ! Simple à réaliser, peu d’ingrédients, des macros incroyables (une cuillère à café = 0.5 g de glucides pour 3.8 de lipides) et surtout une texture et un goût juste exceptionnels. J’en ai eu les larmes aux yeux, je vous jure que c’est vrai haha !

Après avoir contacté cette fée de la cuisine cétogène pour la féliciter et la remercier mille fois, je lui ai demandé si elle voulait bien que je vous partage son invention afin de réaliser mes sablés argentins. Elle a très généreusement accepté. Je vous invite donc à vous rendre sur sa page (comment ça vous n’avez pas encore instagram ???), à vous abonner pour suivre ses aventures, (surtout qu’on vous réserve plein de surprises) et surtout à découvrir la vidéo explicative de la réalisation du « manjar » chilien, autrement dit ce fameux « dulce de leche » dont j’avais besoin.

Vidéo Tuto sur le compte de @laurapalaciosa

Allez c’est parti, en cuisine amigos !

Ingrédients pour le « manjar » de Laura

(j’ai obtenu un pot de 190 ml)

  • 70 g d’érythritol (je l’ai mixé comme du sucre glace)
  • 1 CS d’eau
  • 1/4 de cc de bicarbonate de soude
  • 225 ml de crème liquide entière (la plus grasse possible, j’ai fait avec de la fleurette)
  • 1 cc d’arôme de caramel (j’ai mis 2 cc de vanille liquide car je n’en avais pas)
  • 1 CS de whisky (j’ai utilisé du rhum ambré)
  • Facultatif : gomme de xanthane et sel (j’adore ajouter du sel partout désolée ma Laura)

Ingrédients pour les « alfajores » de la Paulina

(pour 12 biscuits donc 6 sandwich)

  • 85 g de poudre d’amande
  • 20 g de farine de coco
  • 50 g de beurre mou
  • 50 g d’érythritol mixé (façon sucre glace)
  • 1 jaune d’oeuf
  • le zeste d’un citron vert (ou jaune, ou à défaut quelques gouttes d’arôme citron)
  • 1/2 cc d’arôme naturel de vanille (ou les grains d’une gousse)
  • 12 moules à muffins en silicone 😉
  • de la noix de coco râpée dans une assiette creuse ou un bol

Etapes

  1. Pour le « dulce de leche » je vous invite vivement à consulter la vidéo de mon amie. Il est important je pense de rendre à César ce qui appartient à César. Elle a déjà eu la gentillesse de me laisser vous partager sa recette (dont je vous ai listé les ingrédients et mes petites modifications : vanille, rhum, sel …) mais pour ce qui est des étapes je vous remercie de faire l’effort de cliquer sur sa petite vidéo inratable ! Merci pour elle 😉 ❤
  2. Laissez votre pot de « manjar » refroidir, vous pouvez le mettre au frais afin qu’il fige plus rapidement si vous le souhaitez, ou bien faites le la veille c’est encore mieux. Il pourra alors parfaitement être étalé.
  3. On passe donc aux sablés. Préchauffez votre four à 170 degrés.
  4. Fouettez le beurre mou avec l’érythritol glace.
  5. Ajoutez le jaune et les arômes, fouettez à nouveau.
  6. Incorporez les farines (+ 1/4 de cc de gomme de xanthane si vous en avez) et le zeste du citron vert.
  7. Formez un boudin et découpez en 12.
  8. Au fond d’un moule à muffin en silicone (celui d’Action pour ma part) déposez vos sablés. Ils prendront alors une forme parfaite et le diamètre idéal.
  9. Enfournez 12 minutes à 170 degrés (vous pouvez couvrir d’un papier cuisson si vous ne souhaitez qu’ils restent blonds).
  10. Laissez complètement refroidir avant de démouler, ne soyez pas inquiets s’ils vous semblent encore mous à la sortie du four, patientez.
  11. Tartinez la surface d’un biscuit avec du manjar (8 à 10 g), collez le sur un autre. Appuyez délicatement et veillez à ce que le dulce atteigne les côtés, puis roulez votre sandwich dans la noix de coco râpée.
« Mais Paulina, porque il manque un biscuit ? Porque je l’ai mangé ! »

NB : Vous voilà avec une pâtisserie ultra gourmande aux multiples arômes. Le citron vert est ma petite touche perso, ne la négligez pas, elle apporte cette fraîcheur (ce « peps » comme dirait mon chéri) qui équilibre la gourmandise de la crème de caramel … Dios mìo ! Si vous n’êtes pas fan de la noix de coco râpée, sautez cette étape, mais sachez que c’est la recette originale de nos amis argentins !

Parlons macros avant que vous me le demandiez :

1 alfajor (un seul sablé) : 80 calories ; 1 g de glucides, 8 g de lipides et 3 g de protéines

Version alfajores (donc 2 sablés + 10 g de manjar) = 2.2 g de G ; 19 g de L ; 5.5 g de P

Mon amoureux d’amour m’a dit à la dégustation qu’il avait rarement mangé d’aussi bons gâteaux dans sa vie. Il est également d’avis que la touche de citron vert est e-ssen-tielle à la recette !

Encore mille mercis à mon amiga Laura qui a rendu ma folle idée encore plus facile et rapide. J’espère que sa vidéo vous plaira. N’hésitez pas à nous dire en commentaires ce que vous aimeriez qu’on reproduise comme recette … ensemble !

Besitos

La Paulina ❤

COPYRIGHT 2020 © El Mundo de la Paulina

4 réflexions au sujet de « Keto Alfajores, Dulce de Leche et bavardages de La Paulina »

  1. Bonjour,
    J’ai essayé de vous trouver sur Instagram, d’ailleurs je croyais m’être abonnée à votre compte, mais ça me dit « utilisateur introuvable » une idée du pourquoi ?
    Je vous ai trouvé sur le net du coup, et waow vos recettes sont top et appétissantes !
    Valérie

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s